JEU. 10 NOV. LA PANACÉE - CONFÉRENCE / DÉBAT
"Europe de la culture : année zéro" par Vincent Carry
[18h00 – 20h00] Entrée libre

lapanacee

"Europe de la culture : année zéro"

« Au moment où les éditos des grands quotidiens européens prophétisent à la chaîne la fin pure et simple de l’Union européenne, victime de l’absence de vision, du populisme ou de la lâcheté d’une partie de ses dirigeants nationaux, l’Europe de la culture est en première ligne dans la période de profonds bouleversements que nous vivons, et dans laquelle nous cherchons de nouveaux chemins démocratiques. Secouée par une triple phase de mutation – numérique, politique et citoyenne - une nouvelle génération de militants de la culture est au front de toutes les ruptures collatérales qui en découlent : crise budgétaire, crise de sens, revendications et crispations identitaires, fractures générationnelles, sociales et territoriales, apathie politique et citoyenne... Et bien sûr crise profonde du projet européen, dont le destin n’a jamais paru aussi fragilisé. European Lab a pour ambition d’éclairer ces transformations du secteur culturel et créatif, en France et en Europe, à la lumière de l’enthousiasme, de l’imagination et du potentiel d’innovation de ces nouveaux activistes. Cette génération des digital natives, celle aussi des european natives, et d’une certaine façon des crisis natives, cherche un nouvel horizon. Depuis plus de deux décennies, depuis la chute du mur de Berlin, elle a appris à se construire autrement, à inventer différemment les projets culturels, créatifs et artistiques qu’elle défend. Elle a aujourd’hui la légitimité et les convictions pour apporter des réponses nouvelles aux crises qu’elle a appris à affronter, seule, au quotidien et sur tous les terrains.


Forum European Lab 2016:

Au cœur de l’orage, cette génération cherche à construire une « troisième voie » indépendante et engagée, au service de l’intérêt général, du bien commun et du renouvellement démocratique, à distance des schémas dépassés de la culture institutionnelle comme des modèles capitalistiques des grands groupes industriels, qui entrent aujourd’hui en force sur les ruines du champ médiatique et culturel. Cette « génération gueule de bois » - comme la qualifie brillamment Raphaël Glucksmann – est aussi une génération déterminée à se battre, à dépasser les matins difficiles et à redessiner un horizon commun. Elle peut en cela contribuer efficacement à redonner du sens au projet européen, notamment auprès d’une jeunesse qui s’en est profondément et parfois violemment éloignée. À travers ses projets, ses nouveaux espaces, ses lieux, ses événements, ses médias, elle peut réhabiliter la culture dans sa fonction la plus essentielle : celle d’une arme de reconstruction massive au service d’une société européenne au bord de l’implosion démocratique. »

 VincentCarryVincent Carry

L'homme est depuis la fin des années 1980 un « activiste des musiques actuelles » et en particulier de la musique électronique. Entre 1989 et 1996, il a tenu la programmation de plusieurs lieux lyonnais (Toy club, le Zoo, Opéra mundi...). A cette époque, il crée également Man machine, la première agence d'artistes de musique électronique. Puis, de 1996 à 2002, il œuvre comme journaliste pour le groupe Lyon Poche dans les domaines du cinéma, de la musique et de la politique. Après cela, il se lance dans l'écriture du projet Nuits sonores avec l'équipe d'Arty-Farty : Patrice Mourre, Sébastien Devaud et Pierre- Marie Oullion.

Aujourd'hui, Vincent Carry dirige Arty-Farty qui, outre le festival des Nuits sonores, organise également le forum annuel European lab consacré à l'innovation et l'entrepreneuriat culturel. Cet événement reçoit 5 000 participants sur quatre jours et une centaine de conférenciers. Arty-Farty fait également du management d'artistes (dont Laurent Garnier), de la production d'événements et de la direction artistique.

Parallèlement, Vincent Carry œuvre en qualité de conseiller artistique de la Gaîté lyrique à Paris et préside la société Culture next qui gère la salle de spectacle le Sucre. En 2007, Vincent Carry a assuré la coordination de la candidature de Lyon au titre de Capitale européenne de la Culture 2013.